Trévéro

SERENT
Morbihan
Sommaire

Présentation

Patrimoine

75 ha de terres labourables et 12 ha de bois, 1 maison d'habitation et 10 bâtiments agricoles

Propriétaires

Foncière Terre de Liens

« Une ferme pour en vivre, y vivre, et la faire vivre », voici le mot d'ordre de Régis et Benjamin dans leur projet de reprise d'une ancienne ferme laitière dans le Morbihan. La Foncière Terre de Liens s'est ainsi portée acquéreuse de cette grande ferme sur 80 hectares, ainsi que des bâtiments agricoles et de la maison d'habitation !

Régis, 31 ans, et Benjamin, 28 ans, se sont rencontrés en 2014. Tous deux guidés par la volonté de créer un projet agricole en collectif, ils mènent de front la recherche des nouveaux membres du futur collectif et celle du foncier. Après deux années de recherche sur le territoire breton, ils sont contactés par Bernard, qui souhaite transmettre sa ferme, une exploitation en vaches laitières et viande bovine conventionnelle mais sur laquelle Bernard a déjà mis en place des pratiques raisonnées.

Régis et Benjamin se projettent tout de suite sur ce lieu au cadre particulièrement agréable, et souhaitent y développer deux activités principales : des poules pondeuses et des grandes cultures prioritairement destinées à l’alimentation humaine (céréales, légumineuses, oléagineux, légumes plein champs). Productions auxquelles s'ajoutent deux activités complémentaires en bœufs et porcs plein air. Le projet vise à construire un agrosystème cohérent et résilient qui mise sur les complémentarités des différentes productions. L'ensemble de ces activités seront labellisées AB, les porteurs de projet envisageant également une mention Nature&Progrès.

Régis et Benjamin sont réellement attachés à ce que la ferme devienne un lieu ouvert au reste de la société. Des activités d'accueil seront donc également développées sur la ferme, notamment l’accueil de camps et colonies de vacances en plein air et l’aménagement d’une salle polyvalente pouvant répondre à différents besoins tels que des formations.

En bref, un projet fort de reprise d'une ferme laitière avec changement de productions, dans un contexte où la reprise de ce type de structures constitue un enjeu majeur en Bretagne.

Benjamin et Régis témoignent sur leur souhait de solliciter Terre de Liens pour acquérir les terres :

« Depuis la genèse du projet et avant même d'avoir trouvé la ferme, la logique d'un achat par Terre de Liens nous a toujours semblé évidente à plusieurs titres :
La gestion des terres et bâtis agricoles (moyens de production alimentaires de base) par la propriété privée nous pose un réel problème éthique et politique. En effet, quel sens y a-t-il à donner un pouvoir si important sur la gestion de ses biens communs à des personnes souvent éloignées des problématiques agricoles uniquement parce qu'elles en ont hérité ou parce qu'elles disposent d'une puissance économique personnelle importante ?
Le montant d'emprunt nécessaire pour l'acquisition du foncier aurait monopolisé notre capacité d'investissement au détriment des investissements « productifs » (salariés, matériels, trésorerie, etc.). Sans doute même (et heureusement) qu'aucune banque ne nous aurait accompagnés sur un financement intégral de la ferme et de nos activités.
Dans un système se voulant collectif, la non-possession des terres et du bâti est un réel gage d'égalité entre les associés et d'une plus grande facilité dans les entrées et sorties des personnes.
Enfin, nous souhaitons rompre avec la logique de capitalisation sur les outils de production. Quel est l'intérêt de capitaliser sur un outil pendant toute sa carrière au détriment de ses revenus ? Cela contraint, à la fin, à rechercher la valorisation maximale de son capital au détriment des repreneurs. Cette logique contagieuse pousse à vivre pauvre et mourir riche, ce qui est bien dommage et que nous n'envisageons pas pour nous ».

La ferme en images

Crédit :

Les actualités Terre de Liens

Restez informé·es des campagnes et de l’actualité en vous inscrivant à la newsletter.

© Terre de Liens 2022

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies