Terre de Liens

Adresse de cette page : chateau-du-moulin.html
Rhône-Alpes Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Corsica Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Hauts-de-France Alsace Ile-de-France

Accueil > Nos actions > Les fermes Terre de Liens > Aquitaine > Château du Moulin

Château du Moulin

Patrimoine

6,73 ha plantés de vignes rouges AOC Puisseguin Saint Emilion, principalement en Merlot, en Cabernet Franc et Sauvignon.700 m² de bâtiments d’exploitation équipés : chai de vinification et hangar viticole. Maison girondine sur 2 niveaux (120 m²) et maison attenante sur 2 niveaux (200 m²). Dépendance de 70 m².

Localisation

Lieu-dit Jacques, 33570 Puisseguin

Production

Vigne et vin

Partenaires

Association des Vignerons bio d’Aquitaine, Agrobio 33

Propriétaires

Foncière Terre de Liens, Fondation Terre de Liens

Contact


Le projet

Au cœur du vignoble Saint-Emilion, le domaine du Château du Moulin offre un vin de qualité sur une propriété familiale à taille humaine. L’ancien propriétaire a choisi de transmettre ce bien à un couple passionné par la vigne, en partie par donation à la Fondation Terre de Liens. Julie et Antoine peuvent ainsi s’installer avec Terre de Liens, dans un contexte où il est difficile d’acquérir des terres viticoles. Cette transmission et la conversion en agriculture biologique permettent à ce terroir d’être préservé et valorisé. Grâce à l’acquisition par la Foncière Terre de Liens, cette propriété du XIXème siècle perpétue une production familiale de qualité dans un environnement exceptionnel.

Le Château du Moulin est une ferme familiale créée par le père du propriétaire cédant, sans repreneur identifié. L’idée de vendre sa propriété ne le satisfaisait pas car cela serait trop impersonnel. Il souhaite que l’intégrité et l’esprit de sa propriété soient pérennisés.
Il est très difficile de s’installer en viticulture dans le bordelais, compte tenu du prix du foncier et de la mutation du vignoble girondin qui se traduit par l’arrivée de capitaux extérieurs, l’agrandissement par regroupement des petites exploitations qui sortent des girons des familles de viticulteurs : ces vignobles gérés par de gros capitaux ont des logiques de retour sur investissement que ce soit financièrement ou en terme d’image de marque. C’est plutôt brutal sur les écosystèmes, les personnes et pour le coup sur l’idée que l’on se fait du vin. Surtout dans ce territoire situé à 2 pas de la zone protégée par l’UNESCO de Saint Emilion, ces terroirs façonnés par des petites propriétés familiales en taille mais pas en renommée.
Là encore, Terre de Liens propose une autre voie qui relève de sa démarche générale. C’est une opportunité de :
- préserver un de ces domaines familiaux (moyenne des propriétés sur l’appellation, 7 hectares) qui disparaissent, rachetés par des investisseurs étrangers ou placement financiers (la Mondiale, LVMH, Crédit Agricole, etc.)
- donner la possibilité à un jeune agriculteur de travailler sur une structure à taille humaine et viable avec un outil de travail de grande qualité
- permettre aux citoyens de protéger/ s’approprier une production de prestige qui échappe ainsi aux capitaux voraces.
C’est également une opération de soutien à la démarche originale du propriétaire qui fera sans doute d’abord « parler » mais aussi réfléchir et pourquoi pas envisager d’autres donations ou legs.

Dernières nouvelles

Les fermiers

Tous deux titulaires d’un diplôme en viticulture œnologie (BTSA de Blanquefort), Julie et Antoine s’installent au Château du Moulin. Ils ont déjà une belle expérience dans la viticulture et la vinification et ont eu l’occasion de travailler ensemble, notamment à l’étranger.
Habitant en Gironde depuis de nombreuses années, Julie et Antoine rêvaient de s’installer durablement dans ce territoire et de pouvoir travailler dans la viticulture avec leurs valeurs.
Ils reprennent la ferme dans une démarche de recherche de qualité et de respect de l’environnement. Les terres sont pour cela converties progressivement en agriculture biologique. Julie et Antoine travaillent avec le vivant, avec un soin porté aux sols et font appel à des techniques de biodynamie.
Pour leurs produits, ils souhaitent développer plusieurs types de vin. Le quart de leur production est vendu en circuits-courts, s’inscrivant dans la vie locale.
Au-delà d’un projet professionnel, c’est un véritable projet de vie, puisque Julie et Antoine continuent à s’impliquer et à vivre dans ce territoire, auquel ils sont très attachés.

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet