Terre de Liens

Adresse de cette page : l-education-populaire-au-coeur-de.html
Rhône-Alpes Picardie Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Nord-Pas-de-Calais Alsace Ile-de-France

Accueil > Nos actions > Mobiliser les citoyens > L’éducation populaire au cœur de notre action

L’éducation populaire au cœur de notre action

L’éducation populaire s’inscrit pleinement dans les valeurs et les objectifs portés par le mouvement Terre de Liens, qui revendique l’implication de la société civile dans le débat et l’action touchant à la question du foncier agricole.

À l’origine de l’éducation populaire : une ambition politique émancipatrice

L’éducation du peuple par le peuple et pour le peuple, ainsi se définit l’éducation populaire. Elle vise à rendre lisibles aux yeux du plus grand nombre les rapports de domination et les rouages de l’exploitation. Courant de pensée aux sources multiples, ses origines remontent à la révolution française de 1789. Ses grands principes ont été énoncés en 1871 par la Commune de Paris : que les dominés aient accès au savoir à tous les âges, notamment en dehors des institutions d’éducation et de manière autogérée, dans une visée d’émancipation. Au XXe siècle, le développement des vacances et des politiques d’accès à la culture pour tous inscrit peu à peu l’éducation populaire dans le champ des loisirs et de l’animation socio-culturelle. Elle sera gérée par le ministère de la Jeunesse et des Sports. À partir des années 70 et 80, le renouveau politique de l’éducation populaire viendra des mouvements libertaires, non-violents, féministes, expérimentateurs de pédagogies nouvelles, d’agriculture bio...

— 

« L’éducation populaire, c’est s’occuper de tout le monde et surtout de ceux qui ont pas "accès à" , c’est leur permettre l’accès au droit de cité. Et pour avoir le droit de cité, il faut savoir de quoi on cause, comment ça marche. Voir, analyser la situation qui pose problème, juger pour pouvoir agir. Cette démarche est dans l’ADN de Terre de Liens. Cela se traduit notamment par une ambition de diversifier la sociologie des bénévoles que nous formons, qui ont en moyenne un diplôme bac+2. » Damien Roumet, salarié de l’Association Nationale Terre de Liens
— 

L’éducation populaire, l’ADN de Terre de Liens

Terre de Liens est le fruit de la rencontre entre des paysans [1] des acteurs du réseau rural de l’éducation populaire, comme RELIER [2] , et le mouvement agricole deBla biodynamie [3]. La Nef [4], coopérative de finance éthique française, est sollicitée pour son expérience dans la finance solidaire. Après une décennie de rencontres et de réflexions pour préserver la terre agricole et en faciliter l’accès à ceux qui en sont exclus, l’Association Terre de Liens est fondée en 2003. L’éducation populaire s’inscrit pleinement dans les valeurs et les objectifs portés par Terre de Liens, repris dans la charte à laquelle toute structure Terre de Liens adhère. Sa raison d’être est que la société civile se réapproprie la question de l’usage de la terre comme bien commun pour participer au débat et influer sur l’évolution des modèles agricoles. Terre de Liens est même allé au-delà de l’application des principes de base de l’éducation populaire en déployant un volet de finance solidaire. Terre de Liens propose aux citoyens d’aller plus loin encore dans la gestion de la terre comme bien commun.

Du projet politique à la pratique de terrain

Pour faire vivre ce projet, de nombreuses formations sont proposées, animées aussi bien par des salarié·e·s ou des bénévoles de Terre de Liens que des expert·e·s de son réseau. Ces formations permettent à ses membres, bénévoles et salarié·e·s d’acquérir ou d’approfondir des connaissances sur le monde agricole et de ses enjeux, sur des aspects techniques concernant le droit rural, l’analyse de la qualité de la terre agricole, sur des outils d’accompagnement et de sensibilisation. L’accès à ce foisonnement de formations est toutefois contrasté sur les territoires du fait de l’histoire et de la taille des associations territoriales.

— 

« Ce qui m’intéresse, en tant que salarié de Terre de Liens, c’est d’analyser ce que cette démarche d’éducation populaire produit sur un territoire. Comment des habitants se sont saisis de la question de la préservation des terres, comment on a pu interpeller des élus à travers ça, comment des habitants, des consommateurs, d’autres agriculteurs ont pu être interpellés par la démarche que l’on a mise en place. Je suis convaincu que l’on ne réussira à changer les choses que par de l’éducation. Notre action se situe bien là, au-delà même du nombre de fermes que l’on a pu acquérir ou d’agriculteurs installés. Cette démarche d’animation et d’éducation à l’échelle d’un territoire me semble essentielle. » Pierre-Marie Moreau, salarié de Terre de Liens Poitou-Charentes
— 

Après 15 ans d’existence, Terre de Liens est désormais un mouvement citoyen reconnu, jusque dans les ministères. Comme d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire, Terre de Liens se trouve face au défi d’innover dans ses pratiques pour toucher des publics moins militants. Que ce soit pour nouer des partenariats avec des acteurs plus éloignés de ses thématiques ou pour renouveler ses pratiques, Terre de Liens a besoin de toutes les énergies créatives ! Rejoignez-nous !



Pour aller plus loin : Revue Silence n°440 : Le renouveau de l’éducation populaire, décembre 2015 ; Arpenter n°3, Être bénévole pour préserver la terre agricole, Terre de Liens Muse, Janvier 2018 ; Franck Lepage, De l’éducation populaire à la domestication par la « culture », Le monde diplomatique, mai 2009 ; Revue POUR n°220, décembre 2013.
Crédit photo : Terre de Liens

Notes

[1Et notamment Sjoerd Wartena, citoyen néerlandais installé dans la Drôme dans les années 1970 pour y cultiver des plantes aromatiques.

[2Réseau d’expérimentation et de liaison des initiatives en espace rural, né en 1985.

[3L’agriculture biodynamique est l’un des courants fondateurs de l’agriculture biologique.

[4La Nouvelle Économie Fraternelle, coopérative de finances fondée en 1988.

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet