Terre de Liens

Adresse de cette page : lexique-elevage.html
Rhône-Alpes Picardie Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Nord-Pas-de-Calais Alsace Ile-de-France

Accueil > S’informer > Actualités > Du consommateur au philosophe… Petit lexique de notions clefs du débat sur (...)

Du consommateur au philosophe… Petit lexique de notions clefs du débat sur l’élevage

vendredi 1er mars 2019

Le dossier du numéro de mars de Chemins de terre, la revue envoyée aux membres de Terre de Liens, aborde la question de l’élevage pour sortir des caricatures qui enferment l’opinion dans un débat aujourd’hui virulent et peu constructif. Pour donner des repères de base à ceux qui n’y connaissent rien, voici quelques définitions utiles !

Flexitarien


Personne qui mange occasionnellement de la viande

Végétarien


Personne qui ne mange ni viande, ni poisson

Végétalien


Personne qui ne mange pas de produit ou production animale : ni viande, ni poisson, ni œufs, ni laitage.

Végan


Personne qui n’utilise aucun produit animal, que ce soit dans sa consommation alimentaire (c’est donc une personne végétalienne) mais au-delà, également pour ses vêtements et son mode de vie de vie en général. Pas d’utilisation de produits issus d’expérimentations scientifiques faites sur des animaux.

Anti-spécisme


La prise en compte des intérêts fondamentaux des individus ne dépend pas de leur espèce. Pour les anti-spécistes l’être humain ne domine pas les animaux.

Zootechnie


Née pendant la révolution industrielle, c’est la rationalisation de la production animale par les sciences et les progrès techniques.

Domestication


C’est l’ensemble des changements occasionnés chez un animal par la sélection via la non-agressivité. L’humain n’a pas réussi à domestiquer tous les animaux qu’il aurait voulu (ex : le zèbre). On retrouve 6 comportements fondamentaux dans la domestication : une croissance rapide, une reproduction en captivité, un régime végétarien ou omnivore, un sens de la hiérarchie sociale, une absence de prédation sur l’humain et une attitude peu farouche.

Apprivoisement


Il s’effectue du vivant de l’animal par l’apprentissage et la répétition.

Bien-être animal


Définition du bien-être animal par l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) : On entend par bien-être la manière dont un animal évolue dans les conditions qui l’entourent. Le bien-être d’un animal est considéré comme satisfaisant si les critères suivants sont réunis : bon état de santé, confort suffisant, bon état nutritionnel, sécurité, possibilité d’expression du comportement naturel, absence de souffrances telles que douleur, peur ou détresse.
Pour une autre lecture, le point de vue de Jocelyne Porcher

Droit de l’animal


Il évolue régulièrement. Étant catégorisé comme bien meuble sous Napoléon, l’animal est désormais reconnu être sensible dans le code civil, le code pénal et le code rural. Il est cependant soumis aux règles de droit relatives à la propriété.

Égalitariste


Personne qui considère que les droits des animaux sont égaux à ceux des êtres humains. Si l’on ne peut tuer un être humain, alors on n’a pas le droit de le faire pour un animal.

Welfariste


Personne qui milite pour le bien-être animal en élevage.

Abolitionniste


Personne qui milite pour l’abolition de l’élevage et donc de la consommation de production animale.

_
Retourner à Chemins de terre, le journal des membres de Terre de Liens

Ressources pour aller plus loin

Interview de Jocelyne Porcher

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet