Terre de Liens

Adresse de cette page : agy.html
Rhône-Alpes Picardie Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Nord-Pas-de-Calais Alsace Ile-de-France

Accueil > Nos actions > Les fermes Terre de Liens > Normandie > Agy

Agy



Pour soutenir cette ferme :
Faire un don

Patrimoine

11,1 hectares au total

Localisation

Agy-Le Tronquay, Bessin, Calvados

Production

Fourrage (prairies de fauche)

Partenaires

En 2016 : Agence de l'Eau Seine-Normandie (AESN), Agrobio En 2015 : Agence de l'Eau Seine-Normandie (AESN), Agrobio, BlueBees

Propriétaires

Fondation Terre de Liens

Contact


Le projet

Dans la région du Bessin, à Agy-Le Tronquay (14) au sud-ouest de Bayeux, Terre de Liens a racheté en 2015 avec le soutien de l’agence de l’eau Seine-Normandie 4,4 hectares de terres. Ces parcelles sont situées dans la zone de protection d’un captage d’eau potable et leur mise en location à un éleveur laitier bio garantit la préservation de cette ressource tout en consolidant l’activité locale d’un agriculteur.
A peine un an plus tard, c’est un deuxième éleveur qui sollicite Terre de Liens pour acquérir la parcelle voisine : 5,6 hectares supplémentaires qui consolideront localement l’activité d’un deuxième agriculteur tout en pérennisant la préservation de l’eau potable par l’agriculture bio.

C’est une histoire de passages de relais et de complémentarité des acteurs qui permettent cette première puis deuxième opération "Eau et Bio" pour Terre de Liens dans le Calvados.

En décembre 2013, la SAFER informe le réseau des agriculteurs bio du Calvados que des terres sont à vendre à proximité d’un point de captage d’eau potable, sur les communes d’Agy et Le Tronquay.

Le réseau des agriculteurs bio se met alors en recherche d’un candidat qui pourrait exploiter en bio ces terrains, et ainsi préserver la qualité de la ressource en eau. François Divay, éleveur laitier bio sur la commune avoisinante se porte candidat : il a besoin de conforter l’autonomie fourragère de son troupeau (une cinquantaine de vaches laitières, nourries exclusivement à l’herbe), et souhaite s’engager pour la préservation locale de la ressource.

Ne souhaitant pas devenir lui-même propriétaire, Terre de Liens Normandie est interpellée, repérant le double enjeu, agricole et environnemental, de ce projet. La Fondation Terre de Liens se porte candidate à l’achat des terrains, et sera retenue pour acquérir collectivement, avec le soutien de l’agence de l’eau Seine-Normandie, ces premières terres à "enjeu eau". Les 4,4 hectares sont acquis en avril 2015, loués via un bail rural environnemental à François Divay qui les ressèment aussitôt en prairie, conduisant les terres en agriculture bio, sans apport d’intrants chimiques, comme le préconise le cahier des charges de l’Agence de l’eau.

A peine un an plus tard, c’est un autre éleveur laitier bio du secteur, Vincent Debieu, qui est confronté à la vente des parcelles directement voisines des premières.
Le conseil départemental du Calvados, propriétaire des terres en question, renonce à un projet de déviation routière, et souhaite revendre les terrains. Vincent, qui les exploite à titre précaire (depuis que le département les a mis en réserve), souhaite trouver une solution pour conserver ces 5,6 hectares essentiels pour garder l’autonomie fourragère de son troupeau laitier (67 vaches laitières). Il perd par ailleurs 3 hectares consommés pour des lotissements et zone d’activité. Ne pouvant et ne souhaitant pas investir en propre pour en devenir propriétaire, il sollicite la Fondation Terre de Liens pour l’aider à conserver ces terrains. La Fondation lance donc en 2016 une nouvelle collecte pour acquérir ces parcelles, soutenue à nouveau par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie pour privilégier la protection des terres plutôt que la dépollution de l’eau. Pour rappel, le coût de dépollution de notre eau est estimé à 12% de notre facture d’eau. Préserver l’eau en amont par l’agriculture bio, c’est autant de coûts de dépollution évités !

Dernières nouvelles

Un deuxième fermier à Agy Le Tronquay

Installé sur la ferme familiale depuis 1999, converti à l’agriculture biologique en 2009, Vincent Debieu élève 67 vaches laitières qu’il nourrit exclusivement à l’herbe. Toute l’alimentation du troupeau est produite sur la ferme, dont la quasi totalité des terres sont situées dans deux aires d’alimentation de captages d’eau potable du Bessin : les sources de Saint-Léonard et le bassin de Saôn.
Très investi dans le réseau des agriculteurs bio de Normandie, Vincent est impliqué dans le comité de pilotage du programme « Eau et Bio » sur le Bassin de Saôn, un des territoires pilotes de la FNAB sur ces enjeux eau. Rattrapé par l’artificialisation des terres sur le territoire (il perd certaines parcelles destinées à la construction de logements et d’une zone d’activité), il était essentiel pour lui de pouvoir préserver ses terres, et ainsi pérenniser son activité tout en consolidant la préservation du captage d’eau par l’agriculture bio.

Témoignage de François, fermier à Agy Le Tronquay

"Éleveur laitier depuis 1990, j’ai rapidement souhaité évoluer vers un élevage 100% herbe, l’utilisation des céréales ne convenant ni à mes convictions, ni au métabolisme de mes animaux, ni à la bonne santé agronomique de mes terres. J’ai pu me passer complètement des céréales en 2003, grâce à la construction d’un séchage en grange et franchir la dernière étape vers le bio trois ans plus tard.
Aujourd’hui, j’ai besoin de conforter mon système grâce à quelques hectares supplémentaires. En cultivant les terres à Agy - Le Tronquay, je peux pérenniser mon élevage laitier tout herbe, qui, sur 60 hectares au total, fait vivre une personne et demie tout en préservant les ressources naturelles locales."

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet