Terre de Liens

Adresse de cette page : dereglement-climatique-et-artificialisation
Rhône-Alpes Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Corsica Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Hauts-de-France Alsace Ile-de-France

Accueil > Nos actions > Protéger les terres > Dérèglement climatique et artificialisation des sols, la logique des vases (...)

Dérèglement climatique et artificialisation des sols, la logique des vases communicants

Il y a quelques jours, à Glasgow, en Ecosse, se clôturait le sommet international pour le climat (la COP 26). Alors qu’un nouvel accord décevant a vu le jour, dirigeants et activistes du monde entier ont pourtant communément acté l’urgence d’agir pour limiter le réchauffement de la planète. Et pour cause, cet été encore, les évènements climatiques extrêmes survenus aux quatre coins du globe témoignaient des dérèglements à l’œuvre, tandis que début août était publié un nouveau rapport alarmant du GIEC [Groupement International des Experts sur le Climat].

De façon très nette, les experts ont pointé les activités humaines, responsables « sans équivoque » du réchauffement climatique. Et parmi elles, l’utilisation intensive des sols. Érosion, pollution, artificialisation : l’appauvrissement des sols amoindrit leur capacité naturelle à stocker le dioxyde de carbone de l’atmosphère et les conduit à être à leur tour directement touchés par le réchauffement climatique.
En France, l’artificialisation galopante des terres est une des causes de cet appauvrissement des sols. En 10 ans, 44 000 hectares de terres ont été artificialisés soit l’équivalent d’un département qui disparaît tous les 13 ans. L’artificialisation concerne majoritairement des terres agricoles riches, souvent en zones périurbaines ou littorales. Pire, 40 % de l’artificialisation lié à l’habitat a lieu là où la vacance de logements augmente fortement, 20 % dans des communes dont la population décroît.

Alors, quelles solutions ?

Des couloirs de l’Assemblée Nationale…


Parmi les solutions institutionnelles, il s’agirait en premier lieu d’instaurer un moratoire [décision juridique qui permet le délai ou la suspension d’une action] sur l’extension des zones constructibles et de réaliser un diagnostic sur les zones où le changement d’affectation des sols est imminent.
Malheureusement la loi Climat et Résilience votée il y a quelques mois se donne des années pour mettre en place l’objectif de « zéro artificialisation nette ». Elle fixe l’objectif de diviser par deux le rythme d’artificialisation en 10 ans, sans pour autant se doter d’outils contraignants et efficaces pour le faire. Par ailleurs, elle prévoit la compensation de terres artificialisées, mais on ne sait par quel moyen : la renaturation d’1m2 de sol artificialisé reviendrait entre 90 et 300 €. Soit pour 250 km² artificialisés par an en France, entre 20 et 90 milliards d’euros. Autant ne pas artificialiser, non ?
À terme, la mise en place des mesures fiscales fortement incitatives incluant les dégâts environnementaux pourrait également agir comme des éléments dissuasifs de l’artificialisation.
A travers leur plaidoyer Terre de Liens et ses partenaires n’ont de cesse de dénoncer la faiblesses des textes de lois. Pour contrer ces faiblesses, l’accompagnement des collectivités territoriales dans la mise en place de leurs politiques foncières est un levier considérable.

….Jusqu’aux batailles locales pour préserver la terre

Ces questions prennent une tournure très concrète lorsqu’elles s’incarnent dans des luttes territoriales. En effet, l’artificialisation des sols contribue aussi à façonner les territoires et à déposséder celles et ceux qui y habitent, de terres fertiles et de sols vivants. À Aubagne, l’extension sans fin d’une zone commerciale a grignoté hectare après hectare les terres agricoles. Jusqu’à une mobilisation inédite de la communauté de communes aux côtés de Terres de Liens PACA. Eric Tocu, administrateur de Terre de Liens PACA, explique en vidéo comment l’activité agricole millénaire de cet endroit a pu être préservée.
Des couloirs de l’Assemblée Nationale aux batailles plus locales pour préserver la vocation agricole des terres, la lutte contre l’artificialisation se joue sur tous les fronts.

En vidéo : la lutte contre l’artificialisation des sols à Aubagne, en PACA

Crédit photo : Terre de Liens Rhône-Alpes

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet