Terre de Liens

Adresse de cette page : titre-actu-2017-12-12-12-37-50-8913.html
Rhône-Alpes Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Corsica Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Hauts-de-France Alsace Ile-de-France

Accueil > S’informer > Actualités > Fin du stage en Rhône-Alpes sur la transmissibilité et la fin de carrière des (...)

Fin du stage en Rhône-Alpes sur la transmissibilité et la fin de carrière des fermier⋅es

jeudi 8 juillet 2021

Les fermes Terre de Liens en Rhône-Alpes sont-elles “transmissibles” et/ou "reprenables" ? Quelles sont les réalités foncières derrière une “ferme Terre de Liens” ? Quelle proportion représente le foncier Terre de Liens sur le total de la ferme ?

PNG - 304.8 ko
Victor Lapel

Victor Lapel a terminé son stage de 8 mois à mi-temps à Terre de Liens Rhône-Alpes sur ce sujet. Porté par une approche de terrain, il est allé à vélo à la rencontre les fermier⋅es de 11 des 26 fermes rhônalpines.

Ce travail dresse un état des lieux de la situation foncière des fermes et propose une analyse par type de ferme en fonction de la place de Terre de Liens dans son système foncier, étayant la notion de sécurisation foncière pour Terre de Liens.

Pour Terre de Liens Rhône-Alpes, une bonne sécurisation foncière est une ferme avec des surfaces majoritairement Terre de Liens. Celle-ci est améliorée si Terre de Liens possède aussi les bâtiments agricoles voire la maison d’habitation selon le territoire où elle s’insère.

Rencontre des fermiers à vélo

En effet, une surface Terre de Liens isolée dans une ferme trouvera très certainement toujours un preneur, mais ne sécurise pas la notion de “fermes Terre de Liens ” car ce type d’acquisition ne renvoie qu’à une partie de la mission de Terre de Liens (acheter des terres agricoles) mais pas à la mission d’installer des fermier·es dans un esprit d’agriculture paysanne.

Ce sujet de transmissibilité renvoie directement la question de : Que voulons-nous transmettre ? et par voie de conséquence, Que voulons-nous acquérir et défendre à travers ces terres ?

Ainsi, les conclusions apportées par Victor nous montrent que sur les 26 fermes Terre de Liens, seulement cinq sont en propriété complète de Terre de Liens (totalité de la surface utilisée par les fermiers, bâtiments agricoles et habitation) et trois fermes sont en propriété de Terre de Liens sur la totalité du foncier utilisé et les bâtiments agricoles. Ces huit fermes sont donc identifiées comme “sécurisées” avec une unité agricole transmissible, c’est-à-dire une unité Terre de Liens qui permet la viabilité économique de l’activité agricole.

Sept autres fermes sont considérées comme sécurisées même si Terre de Liens ne possède pas l’ensemble du foncier car il est possible de développer une activité viable sur les terres détenues par Terre de Liens ou bien car les baux complémentaires sont entre les mains de personnes avec lesquels les fermier·es ou Terre de Liens entretiennent une bonne relation.

Cinq fermes ont été identifiées comme à sécuriser en priorité car Terre de Liens possède une faible part du foncier sur laquelle il n’est pas envisageable de maintenir une activité agricole viable.

Ainsi, ce travail questionne les stratégies d’acquisition de Terre de Liens en Rhône-Alpes pour le futur, et soulève l’importance d’établir un projet politique à ce sujet. Il montre par ailleurs le travail de veille foncière à venir pour assurer la transmissibilité des fermes déjà acquises.

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet