Terre de Liens

Adresse de cette page : vacheres-en-quint.html
Rhône-Alpes Picardie Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Nord-Pas-de-Calais Alsace Ile-de-France

Accueil > Nos actions > Les fermes Terre de Liens > Rhône-Alpes > Vachères-en-Quint

Vachères-en-Quint

Patrimoine

63 hectares, des bâtiments agricoles et une maison d'habitation

Localisation

Vachères-en-Quint, Drôme

Production

Fromage de brebis, plantes aromatiques et médicinales

Propriétaires

Foncière Terre de Liens, Fondation Terre de Liens

Contact


Le projet

A Vachères-en-Quint, petite commune dans la vallée de Quint, non loin de Die dans la Drôme, plusieurs agriculteurs louent des terres et une ferme à Terre de Liens. L’ancien propriétaire, agriculteur bio pendant des années sur ce lieu, a transmis sa ferme à Terre de Liens pour garantir le maintien de sa vocation agricole et l’extraire du circuit de spéculation. Aujourd’hui, deux jeunes s’installent pour prendre la suite de deux des paysans qui partent à la retraite.

Au moment de l’achat de la ferme par Terre de Liens, celle-ci était déjà louée depuis plusieurs années par l’ancien propriétaire à plusieurs paysans, indépendants les uns des autres :
- Jean-Louis et Danielle (éleveurs bio de brebis laitières), remplacés aujourd’hui par Djamel et Aurélie ;
- Marie-Pierre et Véronica (plantes aromatiques et médicinales) ;
- Jochen et Oda (fromage de chèvre et bovin viande).
L’acquisition de la ferme a permis de faire bénéficier tous ces fermiers de baux ruraux environnementaux de long terme qui ont sécurisé leurs différents projets agricoles. Elle leur a également permis de maintenir leur activité en préservant leur capacité d’investissement dans leur outil de production plutôt que dans l’achat du foncier.

Deux des fermiers, Danielle et Jean-Louis, sont à l’âge de la retraite. Ils ont cherché à transmettre leur activité. La rencontre avec Djamel et Aurélie (bergers précaires et en recherche d’un lieu) est décisive : leur même vision du métier d’éleveur déclenche leur envie de créer une association sous forme de GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) en décembre 2014 entre Danielle et Djamel.
Pour Djamel et Aurélie, reprendre l’exploitation représente de nouvelles pratiques à acquérir en matière de transformation laitière ainsi que la formation au métier plus agricole de la fenaison, sans oublier les démarches de transmission et d’installation à effectuer, des lieux et habitudes de vente à découvrir.

Une installation et des travaux
Lors de la transmission entre les deux couples, avant l’entrée dans les lieux de Djamel et Aurélie, Terre de Liens a décidé de rénover de façon significative le logement.
La dernière rénovation datant des années 70, les pertes énergétiques étaient importantes : les menuiseries ont été changées, les combles isolés, un poêle à bois bouilleur installé. Outre ces travaux d’amélioration de la performance énergétique, la salle de bains a été rénovée, un escalier aménagé, l’électricité mise aux normes. Plus de 100 000 euros de travaux ont été effectués pour rendre ce logement performant énergétiquement, confortable et durable.

Dernières nouvelles

Installés sur la ferme depuis 2014, Aurélie et Djamel ont progressivement repris l’activité agricole de brebis et fromage des anciens fermiers, déjà locataires de Terre de Liens. Cette ferme a été acquise il y a 10 ans. Leurs produits sont très appréciés des clients des marchés de Die et des magasins bio alentour. Les yaourts et les fromages fabriqués sur place se vendent bien avec une mention spéciale pour leur brousse. La ferme crée même des emplois puisqu’un berger supplémentaire et une aide fromagère ont été employés sur plusieurs mois.  
Le nouvel achat par Terre de Liens de terres en 2016 et précédemment d’une maison a sécurisé le foncier et la viabilité de la ferme. Les fermiers sont conscients des avantages qu’ils en ont tirés. Outre la pérennité foncière, ils ont pu ainsi, mêler l’éducation de leurs 3 enfants à leur travail quotidien. Leur crainte initiale que Terre de Liens soit trop présente dans leur ferme a été effacée. Aujourd’hui ils se sentent libres de mener leur projet comme ils l’entendent, dans le respect de la terre et des brebis.

A la rencontre des fermiers

" Nous avons souhaité nous installer en agriculture car cela représentait une finalité dans notre parcours professionnel après avoir été bergers salariés pendant une dizaine d’années. C’est aussi un moyen de nous sédentariser avec notre famille.
Notre principale motivation pour faire ce métier aujourd’hui est de pouvoir maîtriser toutes les facettes du métier de berger fromager en étant nos propres chefs. Terre de Liens nous a permis d’avoir notre propre ferme, ce qui n’est pas toujours évident. Par exemple, dans notre précédente expérience d’installation, nous avons eu des difficultés pour acquérir un terrain où construire un bâtiment à côté des terres exploitées. Ces années de négociation sont très éprouvantes. Aujourd’hui, il nous tient à cœur de continuer de vendre nos fromages au maximum en direct et de travailler avec des brebis rustiques valorisant bien nos parcours."

Aurélie et Djamel, éleveurs, bergers et fromagers

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet