Terre de Liens

Adresse de cette page : -proteger-les-terres-.html
Rhône-Alpes Picardie Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Nord-Pas-de-Calais Alsace Ile-de-France

Accueil > Nos actions > Protéger les terres

Protéger les terres

Notre action principale passe par l’acquisition de terres et de fermes qui vont rejoindre le réseau des fermes Terre de Liens. Ces terres sortent définitivement du marché spéculatif, sont assurées d’être maintenues à long terme dans leur vocation agricole et sont prêtes à accueillir de nouveaux agriculteurs aux pratiques agricoles respectueuses des sols et de l’environnement.

Acquérir des fermes

Pour acquérir des fermes, Terre de Liens intervient via ses deux structures financières, la Foncière et la Fondation. Après un travail minutieux (analyse des coûts, conformité du projet agricole aux orientations poursuivies par le mouvement, viabilité du projet d’installation...), les comités compétents décident d’acheter des terres ou d’accepter une donation ou un legs.

Dans un cas comme dans l’autre, Terre de Liens devient propriétaire. Ces fermes sont mises en location (bail de très longue durée) à des agriculteurs aux pratiques respectueuses de la nature et des ressources naturelles. Ceux-ci sont déchargés du poids de l’achat foncier, obstacle majeur à l’installation agricole. Après acquisition, Terre de Liens assure en tant que propriétaire son métier de bailleur : mise en location, interventions en cas de problème lié aux lieux loués, gestion du patrimoine. Au-delà de cette relation locataire-bailleur, un lien se crée dans la durée avec les fermiers et des temps de rencontre sont organisés pour encourager les échanges ou partages d’expériences entre les nombreux agriculteurs du réseau.

Ces terres ne sont pas revendues et Terre de Liens n’en tire aucun bénéfice.
Lorsqu’un fermier décide de quitter les lieux ou lorsque arrive le moment de sa retraite, la ferme ne change ni de propriétaire ni d’affectation : elle est alors louée à un autre paysan qui prendra la relève. Ce mécanisme permet d’assurer un passage de relai et d’éviter les risques de disparition liés à la vente des terres.

Découvrir notre réseau de fermes.

Recréer du lien autour des terres agricoles

Les terres qui sont acquises par Terre de Liens n’ont pas pour seul objet d’être "conservées" ou protégées : elles retrouvent une utilité sociale et économique, prennent leur place au sein d’un territoire et génèrent des dynamiques humaines et du lien social.

Pour cela, les fermes doivent répondre à quelques préoccupations socio-économiques et environnementales : agriculture biologique ou paysanne, exploitations à taille humaine, fermes en harmonie avec le paysage environnant, activités agricoles diversifiées, commercialisation locale de proximité, recours aux circuits courts favorisant un lien de confiance entre producteur et consommateur, interactivité entre agriculteurs, etc.

Les installations sur nos terres ne relèvent pas du hasard : la mise en location n’intervient qu’après une rencontre de l’agriculteur, une étude sérieuse de son projet, la mise en commun de valeurs partagées et un dialogue posé pour aider le projet à prendre forme.

Citoyens et paysans peuvent recréer du lien entre eux et favoriser les échanges et la solidarité entre habitants d’un même territoire.

Prendre soin de la terre

Les terres et les fermes accueillent des projets en agriculture paysanne, biologique ou biodynamique : ces trois approches ont en commun de traiter la terre comme une ressource précieuse qu’il faut considérer et préserver dans la durée. Aux pratiques intensives qui éreintent la terre et visent des gains de court terme, elles privilégient des pratiques respectueuses de la terre sur le long terme.

En principe, le bail rural classique protège la liberté de pratique culturale du fermier : le propriétaire ne peut pas interdire l’usage d’engrais chimiques sur ses terres. Mais certains acteurs (parcs naturels, collectivités locales, ...) bénéficient d’un bail spécial qui peut inclure quatre enjeux écologiques : l’environnement, la biodiversité, les paysages, la qualité de l’eau ou des produits.
C’est le cas de Terre de Liens, qui a choisi de poser quelques règles du jeu pour l’utilisation de ses fermes : elles sont formalisées dans un bail rural environnemental. Signé pour toute la durée d’activité agricole du fermier, ce bail de carrière décrit les obligations du fermier (faire et ne pas faire) qui permettront la préservation des ressources naturelles. Les clauses peuvent viser les modes de culture, la rotation des sols, le maintien de haies naturelles, la non pollution de cours d’eaux, etc.

Ces règles obéissent à un équilibre très fin : poser les incontournables sans s’immiscer pour autant dans les choix opérationnels du fermier et sans entraver sa liberté d’exploitation.

Le bail rural environnemental doit être respecté par le fermier et la négligence de ces règles du jeu conduit à la rupture du contrat d’occupation des terres.

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet