Terre de Liens

Adresse de cette page : acceder-a-la-terre-un-parcours-du.html
Rhône-Alpes Picardie Auvergne Provence-Alpes-Côte d’azur Champagne-Ardenne Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Normandie Poitou-Charentes Centre Limousin Bourgogne-Franche-Comté Bretagne Aquitaine Pays de la Loire Lorraine Nord-Pas-de-Calais Alsace Ile-de-France

Accueil > Nous connaître > Le sens de notre action > Accéder à la terre, un parcours du combattant

Accéder à la terre, un parcours du combattant

Le monde agricole a changé depuis le début du siècle dernier, la petite paysannerie de subsistance s’est effacée et a laissé la place à des exploitations modernes et mécanisées. Ces changements ont bouleversé le paysage agricole.




La France compte de moins en moins d’exploitations : en 20 ans, leur nombre a diminué de moitié pour atteindre 515 000 en 2017. D’autre part, les exploitations existantes sont de plus en plus grandes : de 1970 à 2010, la surface moyenne des exploitations agricoles françaises est passée de 21 à 55 hectares.

Cette transformation de la structure du monde agricole s’accompagne d’un vieillissement des exploitants agricoles qui pose question. Les exploitants sont majoritairement âgés de 40 à 60 ans (61%) et à cela s’ajoute un recul de la part des moins de 40 ans (passant de 34% en 2000 à 23 % en 2010).

Les conséquences ? 200 fermes disparaissent par semaine faute de repreneurs. Les hectares perdus agrandissent les fermes voisines ou se transforment en zone urbanisée et le prix des terres flambe sous le coup de la spéculation. Un hectare coûte désormais en moyenne 5 990 €. Il y a 20 ans, il était moitié moins cher. Difficile d’acheter de la terre pour s’installer dans un tel contexte !

Mais qu’en est-il des irréductibles, des téméraires, des vaillants ? De ceux qui ont pour vocation de travailler la terre, de faire de la paysannerie un mode de vie, de vivre de leur production ? Paysans et néo-paysans en devenir, comment surmontent-ils les obstacles vers l’installation ?

« Je me suis mis à la recherche de terres, mais tout seul je n’y arrivais pas. Je n’aurais pas pu convaincre la banque de me suivre dans mon projet pour acquérir du terrain : les terres que j’avais trouvées coûtaient trop cher. Mais sans terrain… pas de projet agricole » (Janick, agriculteur dans le Gard).
Comme en témoigne Janick, quand on veut devenir paysan, il faut monter son projet dans le détail (surface, production, matériel, commercialisation, etc.) mais surtout, il faut convaincre pour obtenir des aides et de la terre : la chambre d’agriculture, le banquier, la commune ou le cédant.

Trouver des terres peut vite devenir un véritable parcours du combattant, une occupation à temps plein, quand elle ne décourage tout simplement pas au vu de l’investissement à fournir avant même de produire. « Quand on ne vient pas du monde agricole et qu’en plus on souhaite s’installer dans une région dont on n’est pas originaire, c’est toujours compliqué de savoir par où commencer et vers qui se tourner » témoigne Alan qui a le projet de s’installer en maraichage en Rhône-Alpes.

Pour contourner ces obstacles à l’installation, Terre de Liens apporte des solutions concrètes par la préservation des terres agricoles. Comment ? En les achetant pour ne jamais les revendre. De cette manière, Terre de Liens sort la terre agricoles de la spéculation foncière ce qui en assure la transmission à travers les générations. Ainsi la vocation agricole de ces terres est garantie pour toujours et de jeunes paysans peuvent y installer leur activités et consacrer leur effort financier à leurs outils de travail, le poids de la terre étant porté par Terre de Liens. A ce jour, Terre de Liens est la seule structure d’intérêt général à porter une telle mission.

A savoir également que si l’action de Terre de Liens est unique, c’est surtout grâce à l’implication de près de 20 000 citoyens qui sont pleinement impliqués dans l’achat des terres via la finance solidaire (achat d’actions et dons) mais aussi dans la mobilisation et la sensibilisation de tout un chacun par l’action indispensable de bénévoles engagés.



Terre de Liens est constamment à la recherche de nouveaux bénévoles partout en France. Pour plus d’information sur les moyens de participer à l’action de Terre de Liens dans votre région, rapprochez-vous de votre association Terre de Liens la plus proche ou contactez nous à relation-membre terredeliens.org ou par téléphone au 09 70 20 31 00




Le prix de la terre est seulement un des nombreux obstacles à l’installation des paysans. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le Labyrinthe à l’installation agricole réalisé par Permaculture pour tous.

Crédits photos : Christophe Bayle

Terre de Liens © 2013
Crédits | Mentions légales | Contact | Extranet